Mercredi 20 décembre 2006 3 20 /12 /Déc /2006 08:24

"Il faut produire du silence"

 

 

Jaume Plensa

 

H.-F. D.  :

A l'exemple de votre récente exposition à la galerie Lelong, vous travaillez très souvent avec des lettres.

J.P. : Cela vient de loin : dans ma famille on a toujours été plus entouré par les livres que par les images. En conséquence le texte est pour moi quelque chose de naturel. Les lettres, les mots sont donc devenus mon matériau. Il y a des artistes qui travaillent avec du bois, avec du fer, ce qui peut m'arriver également, mais j'aime avant tout travailler avec l'écrit, comme une matière qui fait partie de ma mémoire. J'y trouve par ailleurs un aspect presque organique : l'association des lettres comme les cellules du corps, peut former des mots donc des organismes plus complexes ; les mots entre eux peuvent former un texte qui avec d'autres peut écrire une culture. c'est un peu comme la pierre de la création : au départ, il y a la pierre, ensuite il y a la ville autour, puis c'est l'état, le pays, le continent, le monde, l'univers. Telles ds briques les lettres ont une potentialité de construction, elles nous permettent de construire une pensée

....

 

H.-F. D. : Faut-il lire vos sculptures comme on lit une page ?

J. P. : Non, car elles ne sont jamais une page de livre justement, ni l'illustration d'un texte. Si j'utilise les lettres ce n'est pas avec la volonté de passer un message, c'est plutôt la revendication d'une matièrecomme une sorte de magma de la création. C'est aussi l'envie de partager cette matière avec le spectateur, au même titre que lorsque je fais un catalogue sur mon travail. J'aime effectivement partager cette publication avec un écrivain, avec quelqu'un qui se retrouve là ponctuellement dans le même espace que moi. et qui ,au fond, parle de la même chose alors qu'on pense que chacun parle de choses différentes.

 

 

H.-F. D. :Vous évoquez l'importance du texte comme matériau, mais de façon plus générale vous avez toujours accordé une priorité à la matière

J. P. : ... Cet intérêt vient de ce que la matière est en relation avec le corps. Malgré toutes les idées géniales que l'on peut avoir dans la vie, il y a toujours un moment où le corps, la matière gagne. C'est à dire qu'on va mourir. Alors avec cette matière que l'on peut penser en contradiction avec l'esprit, il y a une sorte de combat pendant toute la vie... En plus j'ai toujours trouvé assez beau et fascinant le côté éphémère de la matière

...

 

H.-F. D. : Vos sculptures sollicitent physiquement le spectateur

J. P. : J'ai toujours entendu la sculpture comme cela. Ce n'est pas un travail de voyeurisme, il faut pouvoir la partager, marcher autour, passer au travers, la pénétrer. C'est une nécessité. La sculpture est en fait un prétexte pour provoquer un mouvement, intérieur, certes, mais aussi physique et ce dans différentes directions que l'on ne peut maîtriser... Depuis quelques années, je prends plaisir à travailler régulièrement sur des scénographies pour l'opéra. D'une part parce qu'il y a une relation à l'autre, aux autres que je ne trouve pas nécessairement dans l'atelier. Et d'autre part parce que j'aime beaucoup les rapports qui se créent avec le son et le mouvement, ce mélange merveilleux de voix, de musique et de corps. Il y a là de merveilleux échanges d'énergie qui m'ouvrent de nouveaux territoires et me donnent de nombreuses informations que je peux ensuite expérimenter en sculpture. Il me font l'effet d'un laboratoire d'expérimentaion de l'espace.

 

H.-F. D. : Justement comment prenez-vous en compte l'espace ?

J. P. : ... cet espace est fondamental, il est comme le silence. On vit actuellement dans un contexte d'une telle perturbation dans  les idées qu'il faut produire du silence, comme il faut créer de l'espace vide. Et je crois que c'est une énorme aventure de faire cela aujourd'hui.

 

extrait de l'entretien  de Jaume Plensa avec Henri-François Debailleux, publié dans Art Absolument hiver 2006-2007

Jaume Plensa est né en 1955 à Barcelone. Il vit et travaille à Paris et Barcelone.  C'est un artiste libre , il crée en toute indépendance un nouveau type d'oeuvres. Dernière exposition sept-oct 2006, galerie Lelong à Paris.

Par Art Point France - Publié dans : Propos d'artistes - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés