Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 05:19

Considering a Plot (Dig for Victory)

jusqu'au 11 avril 2009

Centre Passerelle - Brest (29)






 
Réalisé sur des supports et des formats différents, le dessin est dans Considering a Plot (Dig for Victory)  utilisé par Stéphanie Nava comme élément structurel d'une installation qui se déploie dans le lieu d'exposition du centre d'art Passerelle à Brest .


Stéphanie Nava interroge le jardin,  en particulier le jardin ouvrier, territoire d'utopie, reflet des questions sociales. L'installation principale, qui donne son titre à l'exposition, est la mise en scène d'un jardin ouvrier anglais - un allotment - jardin potager alimentaire. Plates-bandes de légumes, carrés d'herbes médicinales et aromatiques, outils de jardinage sont dessinés. Les séries de carottes, poireaux ou pommes de terre reproduits au crayon sur papier blanc sont installées sur de longs rails comme des plates bandes à la régularité quasi mécanique.


En "annexe" du jardin, un «Bureau des Crises». Au moyen de diagrammes, de statistiques, d'informations historiques et scientifiques, le monde végétal est scruté sous ses aspects économiques, utilitaires et administratifs ainsi que d'un point de vue sanitaire, « épidémique ».

La deuxième partie de l'exposition convoque en regard du jardin ouvrier un jardin ornemental où les légumes ont laissé place aux fleurs.  Se dessine ici une interprétation graphique, schématique, d'un jardin "bourgeois" où la nature se trouve soumise à une intention  décorative.

Stéphanie Nava paraît avoir fait de gros efforts pour investir son sujet. Son langage "actuel" paraît pourtant en décalage avec une préoccupation historienne.  De plus la rigueur de la démarche empêche la poésie d'entrer dans le lieu. Le résultat est aussi "léger" que le beau papier employé.

C.P.


informations pratiques :

Centre d'Art Passerelle
41, rue Charles Berthelot
Quartier Saint-Martin
29200 Brest
tél. +33 (0)2 98 43 34 95
contact@cac-passerelle.com

ouvert le mardi de 14h à 20h et du mercredi au samedi de 14h à 18h30 fermé dimanches, lundis et jours fériés

L'actualité de Passerelle c'est aussi jusqu'à la fin du mois d'août 2009, la présentation d'une série de quatre photographies de très grand format (300 x 250 cm), imprimées sur bâche, de l'artiste Marisa Maza sur la façade extérieure du bâtiment.


voir aussi : le site de Passerelle

Partager cet article

Published by Art Point France - dans Nord Ouest : expositions
commenter cet article

commentaires

gwenaelle pellenc 19/04/2009 17:26

bonjour,Ayant pour ma part visité par deux fois l'exposition de stéphanie nava à Passerelle, j'avoue que je suis très étonnée de l'acidité de votre propos à son encontre. Lorsque vous dites que "le résultat est aussi léger que le papier employé" je ne peux m'empêcher de réagir tant je trouve cette remarque fausse et déplacée. Quiconque aura visité cette exposition pourra confirmer que la légereté (prise au sens péjoratif, tel que vous le faites) n'était pas au rendez-vous. Ce travail intense (presque tout l'étage de passerelle rempli de dessins!) d'une immense finesse recelait à mon sens d'une profondeur qui m'a réjouit tant elle est rare aujourd'hui dans les expositions. Cette installation pouvait être regardée à bien des nouveaux, autrement plus en avant du statut de "préoccupation historienne" que vous semblez vouloir lui accoler. Il y avait bien sûr des recherches historiques qui semblent avoir formé le terreau de ce travail (et je vous renvoie au très beau livre publié par passerelle à son égard), mais au-delà d'une simple reconstitution historique, cette installation proposait des réflexions sur le statut du dessin dans une œuvre d'art, la question de la reproductibilité des images, des archives, du travail et de la durée qu'il engage et bien d'autres choses encore. J'ai parcouru cette installation par deux fois, tant sa richesse m'a semblé ne pouvoir être considéré entièrement par une seule visite et j'ai découvert chaque fois des différents aspects et je pense que vous êtes allé un peu vite dans votre visite et votre commentaire. Je ne sais pas ce que vous entendez par "langage actuel", mais cela semble être sous votre plume fort péjoratif. Je vous répondrais que la contemporanéité de l'approche du dessin de Stéphanie Nava fait à mon sens sa force et qu'elle laisse loin derrière une quelconque nostalgie ou passéisme qui pourrait être attaché à ce médium et le force avec grâce et justesse dans son temps, c'est à dire le notre, avec une installation à mon sens, de toute beauté.g.p